La situation du commerce extérieur de la France

par Charlotte PROVILLARD et Sabrina CRISAPULLI
Etudiantes en BTS NRC 1ère année

Introduction

Le commerce extérieur de la France désigne l’ensemble des échanges de biens et services entre la France et le reste du monde.

La France est le cinquième exportateur mondial de marchandises et le quatrième en termes de services.

Elle est grandement compétitive et attractive. Mais pour vraiment lutter à armes égales avec ses multiples concurrents dans ce grand marché globalisé qui est le nôtre actuellement, il lui faut à la fois appliquer une politique de croissance et favoriser les investissements. Il lui faut également diversifier ses atouts et faire en sorte de prouver aux pays étrangers qu’un véritable savoir-faire existe en France.

Quels sont les atouts et les handicaps du commerce extérieur de la France ?

Nous verrons dans une première partie, les forces du commerce extérieur français. Puis, dans une seconde partie, les faiblesses de ce commerce.

I) Les forces du commerce extérieur français

Le commerce extérieur français à des forces. En effet, la France est assez performante dans plusieurs domaines. Tout d’abord, La France a acquis une position forte sur les marchés internationaux de produits de haute technologie. Avec l’Allemagne et l’Italie, elle figure parmi les grands exportateurs de biens d’équipement (notamment les équipements professionnels, l’électroménager, l’électronique grand public). Ces produits représentent plus de 40% des exportations françaises. La France est aussi le pays d’Europe dont les exportations aérospatiales sont les plus conséquentes Elles représentent plus de 5 % du total des exportations françaises, pour l’Allemagne et 1 % seulement pour l’Italie. Ils contribuent, selon les années, à 30 % ou 40 % de l’excédent commercial français. De plus, elle exporte plus de produits agroalimentaires que ses principaux partenaires européens. Ils représentent environ 6 % des exportations françaises, contre 3 % pour l’Italie et 2,5 % pour l’Allemagne et le Royaume-Uni. Cela explique toute l’importance que la France attache à la Politique agricole commune européenne (PAC : créée en 1962, par les 6 états membre de la Communauté Européenne Economique, elle à pour but d’augmenter la production alimentaire et la productivité agricole en Europe. Les agriculteurs touchent pour cela des subventions et des aides). Le tourisme français représente 10% du marché mondiale du commerce, il est donc très important dans le commerce extérieur français. Le tourisme en France représente plus de 7% du PIB, ce qui n’est pas négligeable. C’est l’un des principaux secteurs qui recrutent en France car il y a un besoin continuelle de main d’œuvre.

D’autre part, la présence de la France dans l’Union Européenne est très importante. En effet, la France réalise près des deux tiers de ses échanges avec des membres de l’UE (environ 65% des échanges français). Le client principal de la France est l’Allemagne, la France exporte un quart de ses exportations vers ce pays. De plus, l’union monétaire, qui découle de l’UE a plutôt des effets positifs sur le commerce extérieur français. Les échanges dans l’Union Européenne sont facilités par le libre-échange possible dans cette zone sans barrières tarifaires. L’Euro, monnaie commune, à la moitié des membres de l’UE aide aussi à l’échange intra zone. De plus, les incertitudes liées aux variations des taux de change sont éliminées.

Répartition par zones géographiques (Novembre 2009 – Octobre 2010)

Cependant le commerce extérieur français ne comporte pas que des forces, il a aussi des faiblesses.

Tout d’abord, la France connaît un processus de perte de part de marché depuis la fin du premier trimestre de 1995. Les exportations françaises de biens et services ont augmenté moins vite depuis cette année là (3 %) que les exportations mondiales (5,8 %). De plus, l’Euro est de plus en plus fort, notamment plus fort que le dollar. Les exportations coutent donc plus cher aux autres pays et les importations nous reviennent moins cher. Cela ressemblerait à un avantage car la France paie moins cher ce qu’elle achète mais elle vend moins. Ainsi, la balance commerciale française est excédentaire.

De plus, les exportations françaises ne sont pas suffisamment orientées vers les pays émergents, parmi lesquels figurent ceux qui enregistrent les plus forts taux de croissance. Elles le sont surtout vers les pays de l’OCDE (L’OCDE ou l’Organisation de Coopération et de Développement Economique est un groupement de 30 pays membres qui sont : Allemagne, Australie, Autriche, Belgique, Canada, Corée, Danemark, Espagne, Etats-Unis,
Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Islande, Italie, Japon, Luxembourg, Mexique, Norvège, Nouvelle-Zélande, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République Slovaque, République Tchèque, Royaume-Uni, Suède, Suisse et Turquie) qui connaissent au contraire, bien souvent, des difficultés. C’est le cas notamment de l’Allemagne, qui représente 17 % du total des ventes françaises à l’étranger. Les exportations françaises n’y ont pas progressé depuis 1996. La part de la France dans les importations totales d’Europe centrale a oscillé en 1995 entre 4 et 5 %, soit nettement moins que celle de l’Allemagne ou de l’Italie. Enfin, la part du marché asiatique n’a été, au cours de la même année, que de 1,9 % pour la France, contre 9 % pour l’Allemagne. La France reste malgré tout très dépendante de la conjoncture internationale et n’est pas à l’abri des crises financières et économiques mondiales.

On constate aussi, que les PME ne sont pas suffisamment présentes sur les marchés extérieurs. Il n’y a que les grands groupes qui cherchent à commercer avec l’étranger alors qu’il faudrait que les Petites et Moyennes Entreprises cherchent à le faire aussi. La France est également très dépendante énergiquement. En effet, tout le secteur de l’énergie souffre lorsqu’il y a une augmentation du prix du pétrole.

Conclusion

Le commerce extérieur est un vecteur de croissance. Comme nous avons pu nous en rendre compte la France est aujourd’hui dans une situation paradoxale, d’une part elle doit faire face à un déficit commercial de plus de 26 milliards d’euros et dans le même temps elle n’a jamais autant exporté. La comparaison avec l’Allemagne permet de mettre en exergue nos difficultés et nos faiblesses. Pour maintenir sa position ; la France se doit aujourd’hui de réagir vite afin de ne pas se laisser distancer par d’autres pays.

25 réponses sur “La situation du commerce extérieur de la France”

  1. Le commerce international a connu un essor sans précédent au cours du 20° siècle. Dans la conclusion, un comparatif avec l’Allemagne est fait, je vais donc développer ce sujet. Pourquoi l’Allemagne est-elle leader sur les exportations?
    En 2008, l’Allemagne a exporté des marchandises pour un montant de 948,1 milliards d’euros et a importé pour 805,8 milliards d’euros. Cela montre la force de l’Allemagne sur le plan du commerce international. De plus, elle devient une des destinations principales pour les investissements étrangers. Cela s’explique par de multiples raisons tel que : l’environnement juridique stable, l’emplacement au cœur de l’Europe, une main d’œuvre qualifiée, les infrastructures efficace, ainsi que la longue tradition du succès dans l’industrie. Toutes ses qualités font de l’Allemagne une puissance mondiale, alors que la France pêne à suivre le rythme des plus grandes nations.

  2. Le travail réalisé par Mlle Charlotte PROVILLARD est très bien réalisé, quant au niveau du contenu et de l’organisation.
    Cependant, elle aurait pu dévelloper un peu l’idée du déficit budgétaire de la france. En effet la France connaît depuis quelques années un fort déficit budgétaire du fait qu’elle ce soit énormément endetté à cause des ces nombreux achats qu’elle à réaliser dans le passé. C’est la raison pour laquelle elle s’est endettée et par conséquent, de nos jours les dettes de notre pays ne font qu’augmenter du fait des taux intérets qui sont de plus en plus important.

  3. L’intervention de l’Etat est indissociable à toute activité économique même en matière de commerce extérieur, ne serait ce que pour assurer la propriété privée et la sécurité des échanges. Ceci étant, l’Etat peut intervenir plus ou moins, selon les objectifs qu’il défend, et les courants idéologiques du moment. Néanmoins, l’Etat souffre d’une crise d’efficacité menant à son désengagement progressif, ainsi le rôle de l’Etat est remis en cause depuis les années 80.
    Cette crise d’inéfficacité est due à plusieurs facteurs: Le prix du travail élevé en France, aussi l’Etat prélève plus mais agit moins et enfin les entreprises publiques qui se trouvent en difficultés.
    Pour finir, L’Etat s’avère toujours aussi indispensable au travers du commerce extérieur, que cela soit pour les importations ou les exportations mais il semble que face à la mondialisation, il s’avère moins performant .

  4. je voudrais revenir sur le point de l’euro et du dollars car cela limite les exportations de l’europe car l’euro est plus élevé que le dollard ( 1€ = 1.40$ ) donc c’est pour cela que l’europe joue sur ce taux de change pour faire « des affaires  » car si le dollars augmente l’europe paiera moins cher un baril de pétrole par exemple.
    donc l’europe exporte moins à l’étranger et donc exporte surtout dans l’europe seulement.
    La france et le commerce exterieur est très inégal au niveau des importations et des exportaions mais la france importe plus quel n’exporte malgrés les problèmes financiers du pays car il y a un fort déficit, c’est paradoxal.

  5. L’exposé de Sabrina et de Charlotte est très intéressant et clair. Je pense que l’on peut en déduire que l’ouverture des économies est un réel facteur de croissance. La force de l’Union Européenne est son marché commun, et celle-ci a réussit à unir la force des pays membres mais également de réconcilier la France et l’Allemagne. La France est le principal partenaire de l’Allemagne et inversement. En effet, la France échange beaucoup avec son pays voisin l’Allemagne, ce sont principalement des échanges intra-branches, les principaux secteurs concernés sont la construction de véhicules, l’électrotechnique, la construction mécanique et l’industrie chimique. Par exemple, concernant les véhicules, la France échange à l’Allemagne des Peugeot contre des Volkswagen, les biens échangés sont la plupart du temps similaires. On peut également mettre l’accent sur le fait que certains secteurs ont nettement reculés ces dernières années comme la sidérurgie et l’industrie textile en raison du déplacement des marchés en Asie de l’Est à cause de la main d’œuvre à bas coût.

  6. L’exposé était bien structuré et bien organisé. Cependant, je pense que l’exposé n’était pas complet. En effet, mes camarades ont beaucoup parlé du commerce avec l’Europe en particulier avec l’Allemagne mais le commerce extérieur ne se résume pas qu’à ce pays. Il aurait fallu accentuer sur le fait que la France exporte beaucoup avec les deux autres piliers de l’économie c’est à dire l’Amérique du Nord (Etats-Unis) et l’Asie (Japon). Mais il ne faut pas oublier que l’Hexagone échange beaucoup avec les PED (pays en voie de développement).
    Enfin, il faut savoir que la France a eu une baisse des exportations et des importations sur l’ensemble des services entre 1997 et 2007. Une baisse respectivement de 5.9% à 4.3% et de 4.7% à 4.2% du commerce mondial de l’ensemble des services (source : CEPII, base de données CHELEM BAL.)

  7. L’exposé concernant le commerce extérieur a bien été organisé, les différentes parties étaient bien structurées cependant il était incomplet. En effet, elles auraient du mettre en avant le fait que la France commerce beaucoup avec le reste du monde (triade et pays émergents). De plus on constate que l’UE va mettre en place une nouvelle PAC (PAC 2) en raison des pressions de l’OMC. Effectivement l’ancienne PAC subventionnait beaucoup les agriculteurs européens (Français) qui facilitai leurs exportations agricoles, qui les rendaient plus productifs ce qui produisait un désavantage pour les pays émergents. La nouvelle PAC a été mise en place afin que tous les pays mondiaux aient les mêmes avantages. Par conséquent je pense que la France sera moins compétitive face aux pays en voie de développement (couts de production moins élevé).

  8. Après lecture de l’exposé, je pense qu’il faudrait ajouter des éléments fondamentaux afin de traiter d’abord les origines et pour finir par des points négatifs.
    En ce qui concerne les origines on aurait pu s’exposer d’abord au général et ensuite au particulier en commençant par des faits historiques.
    Par exemple, en parlant de l’après-guerre de 1945 a 1975 du au 30 glorieuses qui ont permit aux ménages de s’investir et sans oublier le traité de Rome.
    De plus, L’Organisation Mondiale du Commerce joue un rôle majeur dans l’économie
    il favorise la libre circulation des biens et personnes dans l’Union Européenne nous pouvons constater une légitimité et une force vis a vis des pays. Et le Port de Dunkerque 3ème port français, une fierté pour la France et qui subit des gros échanges surtout avec l’Angleterre en terme d’import et d’export ( marchandise, matière première ).

  9. Mes camarades ont fait un bon exposé, il était bien structuré, et assez complet. Cependant, je pense qu’il y a quelques points qui auraient dû être plus éclairci. D’une part, elles n’ont pas parlé de la nouvelle PAC. En effet, pour que les échanges soient équitable entre tous les pays mondiaux, l’OMC a exigeé que l’Union Européenne ne subventionne plus les Etats européens entre autres. La PAC permettait aux européens d’être très compétitifs et d’accéder en pôle positions des échanges agricoles. D’autre part, elles auraient dû accentué le fait que la France échange beaucoup avec les PED et la Triade (Japon et Etats Unis).

  10. Je trouve leur exposé très interessant et clair. Leur est un sujet d’actualité, en effet le commerce exterieur occupe une grande place dans les économies. Elles ont parlé de la différence de l’argent entre le dollars qui est faible et l’euro qui a une forte valeur. C’est donc pour cela que les habitants de la zone euro achètent aux USA car par exemple les vetêments sont moins chers quand France ce qui est bien pour les Français mais cela peut-être une mauvaise chose pour les entreprises du textiles françaises car elles vendent moins, produisent moins et donc elles font moins de chiffre d’affaires.

  11. Cet exposé est très bien structuré et développé même si dans l’introduction la définition aurait pût être un peu plus expliquer et développer par des exemples par exemple.
    Il faudrait citer lors de la citation de la PAC que ce n’est pas en baissant les aides et subventions des agriculteurs de la France (pour diminuer les dépenses de l’état) que le commerce extérieur de l’agro alimentaire (représentant 6% des exportations de la France) que cette part augmenteras car en effet les agriculteurs faute de moyens pourront moins produire donc il y auras moins de production donc moins d’exportations donc la France risquerais de perdre son avantage face aux autres pays.
    Pour développer son commerce extérieur la France pourrait diminuer les droits de douanes, voir par exemple baisser ses prix (ex : dans le secteur de l’électroménager). Il pourrait plus développer le secteur du tourisme en rendant la France plus attractive et en diminuant les prix.

  12. L’exposé est éffectivement bien structuré, notamment en ce qui concerne les atouts et les faiblesses. Néanmoins certains aspects n’ont pas été abordés. Notamment le fait que les investissements directs à l’étranger ne soient pas spécialement développés,or ces investissements à l’étranger sont d’autant plus importants car celles-ci , permettront, par la suite de développer les exportations dans les pays émergents, et par conséquent cela permettrait à la France d’avoir une croissance économique plus importante.
    Le déficit de la France est permanent avec les autres pays de l’OCDE et notamment avec les USA et le Japon. Bien qu’il y ait une certaine amélioration en ce qui concerne le Japon. De plus on remarque que les pays échangent leurs produits avec des autres pays ayant le même développement économique. Et la plupart du temps les produits sont issue du même secteur. Par exemple on remarque que la France échange beaucoup de voiture avec l’Allemagne, la première raison est bien sûr le fait que ces deux pays se ressemblent au niveau de leur développement économique, mais d’une façon un peu plus générale, on remarque que c’est le même type de produit.
    De plus la France pourrait commerçer un peu plus avec l’extérieur s’il n’y avait pas de couts d’agglomération , par moment ces coûts limitent l’ouverture de la France vers l’extérieur. Les économies d’échelle permettent elles aussi d’augmenter le commerce de la France avec l’extérieur. Néanmoins ce concept demande un certain investissement et un certain effort.Le commerce de la France ne pourra que bien se porter en ce qui concerne les années avenir (commerçe avec les pays asiatiques)

  13. La france commerce principalement avec des pays proches géographiquement. Comme il a été préciser dans l’exposé, plus de 70% des ses échanges extérieurs sont réalisés avec des pays de l’europe. Les transactions courantes concernent les échanges de biens et de services, de revenus et de transfert courant. En revanche il aurait été important de souligné que pour la France on constate que les revenus et les services agissent positivement alors que les biens et les transferts courants agissent de manière négatives.

  14. Il ne faut pas trop négliger le déficit de la France qui est quand même assez considérable. La France demeure compétitive et attractive mais pour vraiment lutter contre ce déficit, la France devrait augmenter la performance de ses entreprises afin qu’elles puissent exporter leurs produits sur la scène internationale, les PME françaises ne sont pas assez performantes et elles n’osent pas exporter leurs produits. Pourtant la France n’est pas en manque de capacité, il faut juste qu’elle développe certains domaines pour les exportations.

  15. Le tourisme français représente plus de 7% du PIB et la France est la première puissance touristique mondiale. A contrario de l’industrie, c’est un secteur en plein essor, devant celui de l’automobile. En effet, le pouvoir d’achat des pays émergents tels que la Chine ou l’Inde, puissances démographiques et économiques, représente un fort potentiel de croissance. De plus, aujourd’hui, les activités principales liées au tourisme comme l’hôtellerie et les agences de voyage, emploient plus de 700 000 salariés. Ce secteur est donc non seulement source de croissance du PIB, mais constitue également un levier de création d’emplois. Cette réussite est bien sûr dûe à des investissements importants aussi bien de la part de l’Etat que des entreprises. En effet, l’attrait touristique de la France s’explique notamment par la facilité d’accès grâce à la construction d’infrastructures de transports et par la variété des structures d’accueil telles que les parcs d’attractions et les hôtels. Ainsi, le développement d’un secteur d’activité ne peut se passer du soutien de l’Etat, apporteur de capitaux.

  16. Il s’agit d’un exposé clair, cohérent et complet ; cependant il aurait fallu quand même ajouter quelque chose. Malgré que l’industrie française soit déficitaire, elle présente des atouts notamment dans le secteur des transports, de la pharmacie et de l’agroalimentaire et elle présente également un avantage comparatif dans les services et surtout dans le domaine du tourisme. En outre, il ne faut pas oublier que le commerce extérieur de la France est en grande partie basé sur les importations car les PME françaises ont vraiment du mal à s’inscrire dans un contexte exportatif ; c’est ce qui fait défaut de au commerce extérieur de la France.

  17. « Les PME ne sont pas suffisamment présentes sur les marchés extérieurs ». En effet, la priorité des PME n’est pas de commercer avec les autres pays, mais plutôt la pérénnisation de leur entreprise. Il est vrai que si ces dernières, exportaient vers d’autres pays, elles arriveraient plus facilement à augmenter leur chiffre d’affaires, mais il faut pour cela qu’elles réussissent à augmenter leur productivité. C’est un cercle vicieu qui ne peut-être résolu que lorsque les PME seront réellement implanté et capable de se consacré à une autre activité que leur survi

  18. Depuis les années 80, la France est face à un solde négatif de sa balance commerciale. En effet, elle est confrontée à un deficit commercial de plus de 26 Millards d’Euros. Bien qu’elle constitue le 5eme exportateur mondial, la France importe beaucoup et est donc très dépendante des autres pays, ce qui contribue au déficit de la balance commerciale. Ce solde négatif est un vrai handicap pour les investissements et l’empêche d’être au premier rang au niveau Europeen. Effectivement, ce deficit nuit à la capacité d’innovation des entreprises Françaises, qui restent très en retard comparées à l’Allemagne. A terme, les entreprises Françaises sont moins compétitives et peuvent ainsi perdre des parts de marché, surtout face au leader mondial et aux nouveaux pays émergents.

  19. « Pour maintenir sa position ; la France se doit aujourd’hui de réagir vite afin de ne pas se laisser distancer par d’autres pays ».
    En effet, la France n’a jamais autant exporté malgrè son déficit commercial (26milliards d’euros). Bien que l’euro soit plus fort que le dollar, elle ne doit pas se laisser dévancer par les pays émergents mais plutot montrer sa capacité à exporter malgrè un euro fort.
    Pour y parvenir, la France doit avant tout se baser sur la qualité des ses porduits et non pas sur la quantité. En effet, la qualité est le « nouveau » critère de choix lors de l’achat d’un produit.

  20. Je voudrais revenir sur le fait que l’euro a plus de valeur que le dollar, ce qui influe sur les exportations et importations. En effet, la France constituant le 5ème exportateur mondial et étant extrêmement dépendante de ses importations, la valeur de l’euro est salutaire pour la balance commerciale française. De ce fait, grâce à l’échange de devises, la France qui importe beaucoup des Etats-Unis paie donc moins cher ses produits. De plus, elle vend plus cher les biens et services qu’elle exporte en direction du continent américain. Cependant, les exportations françaises ne sont que beaucoup trop orientées vers les pays du Nord et pas assez en direction des pays émergents, qui constituent un pouvoir d’achat important tels que la Chine et l’Inde.

  21. L’exposé est assez intéressant dans l’ensemble même si la problématique du sujet ne ressort pas explicitement.
    De plus les limites du commerce extérieur français ne sont pas assez expliquées. En effet, si nous reprenons par exemple la problématique de l’échange exclusif de la France avec les pays de l’Union Européene, nous pouvons voir que ce commerce n’est pas si « extérieur « que cela. De plus, la stratégie de la France d’échanger exclusivement avec des pays de l’Union Européenne (plus précisemment avec la Triade), donc des pays développés renferme inconsciement ce commerce extérieur. En effet cette optique d’échange de la France (et des pays de l’Union Européenne en général) exclut les pays en voie de développement de l’économie. De plus les mesures protectionnistes consolident cette restriction en terme d’échange de la France dans le commerce extérieur.

  22. La situation de la France pose beaucoup d’interrogations auxquelles elle doit donner une réponse pour pouvoir y apporter une solution. En effet, la France connait un déficit de 26 milliards d’euros et n’a pourtant jamais autant exporter, nous pouvons donc nous demander si la france n’a pas atteint une limite. Selon moi certes ses exportztions sont fortes mais ne représente qu’une faible valeur. Les produits qu’elle exporte ont une valeur trop faible, la France devrait décider d’exporter des produits avec une plus forte valeur.

  23. Si il y avait plus de PME dans la France cela permettrait une plus grande possibilité d’offre d’emplois pour tous les chômeurs en France ce qui favoriserait les échanges avec l’extérieur c’est à dire les pays sous développés ou alors en voie de développement. Il y aurait plus d’échange entre les pays et de ce fait beaucoup d’entreprise pourraient se développer afin de permettre de nombreux échanges et ainsi réduire les prix des biens pour être accessible à tous comme pour le pétrole quand il y a une hausse des prix et que certains ne peuvent plus mettre d’essence.

  24. Le texte présente la situation de la France dans le commerce exterieur.
    On s’apercoit dans le premier paragraphe que la France a un positionnement remarquable en ce qui concerne l’industrie de pointe , l’exportation de ses produits agro-alimentaire et également sur l’aérospatiale. Par ailleurs la France a su imposer ses exportations en Europe( zone dans laquelle elle réalise le plus d’échanges).
    Elle connait cependant des faiblesse en ce qui concerne la vente a l’étranger de biens et de service,l’augmentation du prix de l’euro qui ren ses exportations plus cher,ainsi que ses dependance énergétique.

  25. Bien que cet exposé soit très explicite et clair, des points importants n’ont pas été abordés.
    Dans un premier temps, le déficit de la France est récurrent dans le sens ou elle connaît un déficit de 26 milliards d’euros alors qu’elle est bien placée en terme d’exportation cela s’explique par l’exportation de produit à trop faible valeur.
    De plus, l’Union Européenne a procédée à la mise en place de la PAC 2 puisque la PAC désavantageaient les pays émergents, c’est la raison pour laquelle ils ont créee celle ci afin d’égaliser tous les pays.
    Enfin, les limites que présentent la France au développement vers l’extérieur sont importantes dans le sens où elle ne commerçe pas avec l’extérieur proprement dit en raison d’un manque d’investissement et de bon sens.
    Certes, les exportations sont fortes mais présente peut être qu’une faible valeur, les investissements à l’étranger permettraient de développer les exportations dans les pays émergents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *